Pêche de la carpe au coup

La pêche de la carpe la plus répandue est la pêche à la posée. Cependant, la pêche au coup est de plus en plus pratiquée par les carpistes  et adeptes des grandes cannes.

Déroulement de la partie de pêche

La pêche au coup se pratique généralement en eaux calmes et plutôt dégagées. En effet, un courant trop important emportera le flotteur, les touches seront alors difficiles à voir, et

le pêcheur devra tout le temps ramener sa ligne, ce qui au vu des dimensions de la canne, n’est pas pratique. On préfèrera donc des eaux calmes, étangs, lacs, canaux…

La partie de pêche commence par une amorce très ciblée, sur le fameux « coup » de pêche, puis il faudra ré-appâter régulièrement tout au long de la pêche.

La canne à coup est généralement très grande, le fil l’est tout autant. On dépose le flotteur et l’appât sur la zone de pêche amorcée, puis on ferre à chaque touche. Le poisson est alors ramené vers le bord en faisant glisser la canne à coup. C’est un mouvement technique car il doit être fluide (ce qui n’est pas évident au vu de l’encombrement de la canne) pour ne pas permettre au poisson de se décrocher. Ces cannes se déboitent / remboitent facilement, ce qui facilite ce mouvement. Les pêcheurs peuvent même être aidés de support rotatifs qu’ils disposent derrière eux, pour faire reposer / glisser la canne plus facilement. une fois le poisson rapproché du bord, on peut alors l’attraper avec une épuisette et le placer dans une bourriche.

Matériel

La pêche au coup nécessite l’utilisation de cannes particulièrement longues et encombrantes, surtout pour la carpe. Elles peuvent atteindre 18 mètres de long. Plus la canne sera longue, plus il sera possible de pêcher loin. C’est uniquement la longueur qui déterminera l’éloignement maximal du lieu de pêche. Les cannes se déboitent et s’emboitent facilement, ce qui permet de rapprocher le poisson attrapé sans avoir à porter ou faire glisser la canne dans sa totalité.

Pour faciliter  la manipulation de la canne, on peut utiliser un support tournant, qui aidera à ramener la canne vers l’arrière. On appelle ça un rouleau à déboîter.

Pour l’amorce, vous pouvez amorcer à la farine, aux graines, aux asticots, ou aux trois. Notez que vous devez donner « envie » à la carpe sans la nourrir. Les farines doivent être claires et grasses, pour cela vous pouvez utiliser des farines de maïs, tourteau, biscuits…

Le montage est classique pour la pêche au coup. On utilise un fil en nylon assez fin (entre 16/100 et 22/100). On met un flotteur de moins d’un gramme sur la ligne principale, puis on plombe la ligne. Pour l’hameçon, on en choisira un entre 8 et 14.

Le choix de l’élastique est déterminant pour la pêche de la carpe au coup. C’est lui qui va offrir l’élasticité suffisante pendant les combat pour ne pas que la ligne ne casse. Il faudra donc bien faire attention à adapter la taille de l’élastique en fonction de la pêche que vous allez pratiquer. La saison par exemple influe sur l’activité des carpes. En hiver les carpes sont plus léthargiques, alors qu’en été elles sont en pleine activité. les combats seront alors plus violents, et l’élastique devra être plus résistant. Pour les combats les plus violents, on utilisera un élastique creux. Ce sont les plus résistants sur le marché. Pour se donner une idée de l’élastique à utiliser, on utilisera un élastique plein d’un diamètre d’environ 1 à 1,5 mm pour une résistance de 3/4 kilos, et un élastique creux d’environ 2 mm pour une résistance de 13 kg.

Pour la pêche de la canne au coup, on fera passer l’élastique dans 2 voire 3 scions de la canne, alors que pour les petits poissons, il suffit la plupart du temps de faire passer l’élastique dans un seul scion, voire de l’accrocher directement au bout de la canne.

Montage de l’élastique

C’est la partie la plus technique de la pêche au coup. Pour cela vous aurez besoin :

  • d’un élastique du bon diamètre, de la bonne résistance, de la bonne longueur
  • une tulipe (externe ou interne). Choisissez une tulipe dont l’ouverture fait 2 fois celle du diamètre de l’élastique pour faciliter son passage
  • un fixe canne ou fixe ligne : il permet d’arrêter l’élastique et d’accrocher sa ligne
  • un passe-élastique
  • une embase crochet ou conique

Étapes du montage :

  1. On fixe tout d’abord l’élastique au fixe ligne, puis on insère la tulipe.
  2. On fait passer l’élastique dans le scion grâce au passe-fil (ou passe-élastique)
  3. On découpe le surplus d’élastique, qui dépasse du scion
  4. On accroche l’élastique à sa base crochet ou conique. Pour une meilleure résistance face aux gros poissons, préférez l’embase conique

Attention à ne pas trop tendre l’élastique dans votre canne, ou à le laisse trop lâche. Ce point sera déterminant pour votre moment de ferrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *